Général :
  Art & Démo
  Transferts
  Les dogmes
  Les notes

Histoires :
  Redevance TV
  SFR vs SCR

Les machines :
  Commodore 64
  Différents CPC

Langue en vrac :
  Cédérom
  La "flashouille"
  Citations
  Citations (moi)

Bonus Tracks :
  Climax (Part 1)
  Climax (Part 2)
  Climax (Part 3)
  Climax (Part 4)
  CAT de l'AE05

Pages ratées
  Introduction
  SAS strike force
  Shadow Dancer
  Jim Power
  Mythos
  Dominator
  Galaxy Force
  Teenage Queen
  Mortevielle
  Relief Action
  Asalto y castigo
  ISS
  Face Hugger
  Batman Forever
  Palettes de porc
  Hall of Shame

Les pages ratées de l'histoire du CPC
écrit le 20/09/2008, révisé le 13/09/2014

ISS 117 garde ses secrets...
(Incredible Shrinking Sphere / par Activision - 1989)

Il y a des images pour lesquelles on imagine que quelqu'un a souffert. Un peu comme si les cicatrices laissées sur le visage montraient tout un labeur. Comme un Botox qui révélerait une dramatique faiblesse d'esprit. Comme un rictus restant à vie pour cacher une misère. L'image de ce jeu en fait partie. Elle est comme un transfert raté ; mais pour qui se donne la peine de mieux la connaître, on y voit un certain labeur. Un vain et touchant labeur.

N'importe quel grouillot de passage ferait mieux que cette image s'il partait d'une version commerciale, quelle qu'elle soit, même avec les outils de l'époque. En fait, toute la difficulté ici est de comprendre comment on en est arrivé là. Cette page est donc l'histoire d'une triste génèse. Pleine de doutes, mais dont les interrogations ne laissent aucune chance à un passé heureux. Cette image a été accouchée dans la douleur.

Le défi est donc surtout ici de savoir comment "ils" ont réussi à faire une image aussi dégueulasse. Et là, j'avoue avoir usé quelques dents.

Mon acharnement tient probablement autant de ma joie à creuser pour trouver des cas que le Dr House n'a pas résolus, que des scrupules que j'aurais à descendre en flèche un probable auteur qui serait probablement maladroit à utiliser un logiciel probablement mal fait. Il doit avoir des circonstances atténuantes, si on veut que la réalité ait encore un sens.

Je vous propose donc d'essayer de résoudre l'énigme comme on le pourra. Tout d'abord, quelles sont les autres versions connues :

Une fois de plus, on semble suspecter une forte ascendance Spectrum : le format de l'image est identique (256x192) et le positionnement du titre est le même (voir ci-dessous).

Chose curieuse, outre les éléments de mise en page, on voit que les détails de la version Amiga / ST semblent plus proches de ce que l'on voit sur l'image CPC. Notamment si on regarde les étoiles ou les éléments de décor (balafre sur le muret de gauche)...

Cette image superpose les écrans du CPC et du Spectrum. On voit qu'en dépit d'une parfaite superposition du contenu, les 2 images ne sont pas cadrées de la même façon. Le partie blanche représente les zones claires de l'image CPC. Elle se superpose en alternance avec les images Amiga et Spectrum. On voit clairement la position du titre qui est différente dans les 2 cas. La version CPC a un titre correspondant à la version Sectrum.

L'énigme commence très fort déjà, puisqu'on voit que l'écran est fait sur la base de l'image Spectrum pour ce qui est de la mise en page, et de l'image Amiga / ST pour ce qui est de la conversion de l'illustration (les pixels quoi). Mais même sachant ça, on ne dort pas tranquille : car la version Spectrum est cadrée différemment. Ainsi une partie de l'image de la version CPC n'apparaît pas sur la version Spectrum et inversement.

Cela nous amène à plusieurs observations :

- La version Spectrum "pourrait" être issue de la version Amiga, si on admet qu'elle est complètement retravaillée. Cela expliquerait donc les différences sur le décor, et le repositionnement du titre.
- La version Spectrum "pourrait" venir de la version CPC, mais il faudrait être très con parce qu'elle est moche. Ça serait étonnant dans la mesure où le cadrage de l'image est différent.
- La version CPC "pourrait" venir de la version Amiga. Mais son faible niveau de retrouches semble exclure un repositionnement du titre.
- La version CPC pourrait venir de la version Spectrum, mais le transfert des détails de l'image ne correspond pas, et le recadrage énigmatique de l'image ne colle pas.
- Il reste toutefois crédible que les version CPC et Spectrum viendraient toutes les 2 d'une image de plus grande taille. L'image Amiga semble faire l'affaire.

Bon, sinon, on apprend encore des choses en regardant la mémoire du CPC. L'image est chargée en &C000 (on s'en fout), mais l'écran est reformaté. Donc on a un alibi cohérent pour ce qui est du format de l'image : au moins, il est intentionnel. La fin de l'image contient des merdouilles que je suppose être utiles au jeu. Autre information : l'image utilise toutes les 16 couleurs, mais la palette a 4 redondances. Ça fait que le résultat affiche seulement 12 couleurs. On peut donc effectivement douter (si ce n'était pas le cas) qu'un type soit passé sous OCP pendant des nuits pour créer l'image. Il y a fort à parier que la palette a été modifiée à partir d'une image d'un format différent pour cacher la misère, ou simplement ramener à des "couleurs CPC" une image en 4096 couleurs (par exemple).


avant...
Si on va simplement chercher l'image en mémoire, on peut lui changer la palette. Sans être franchement mieux, c'est au moins largement moins pire, v'voyez ?


...après

Si l' "auteur" de l'image a eu besoin de recadrer l'image pour des raisons techniques, on peut admettre qu'il soit retombé fortuitement sur le format du Spectrum "à très peu de chose près". Donc mettons cela sur le compte du hasard, nous dormirons mieux.

Dans la mesure où il semble évident que les graphismes de la version CPC viennent de la version Amiga, je vais tenter de voir comment ils s'y sont pris. On supposera qu'ils ont fait une manipulation pour déplacer le titre, je ne m'en soucie donc pas trop dans ma démarche.

Commentaires Amiga modifié Palette CPC Palette CPC (variante)
Colonnes paires de pixels
C'est la méthode classique, pourtant utilisée à l'époque qui donne des résultats très acceptables en général. Mais il nous faut faire pire si nous voulons atteindre notre objectif !
Colonnes impaires de pixels
Pareil, mais en gardant l'autre moitié de l'image. La grosse étoile à gauche du titre semble plus proche. J'en profite pour tenter une palette plus "rustique", et plus proche du résultat obtenu. On n'y est pas encore...
Mixage 0+1
Les contours commencent à être ressemblants, mais on est encore loin du crasspec de l'image CPC (notamment le ciel). Il faut détruire encore ce qui peut l'être.
Mixage 1+2
Dès la réduction, cette image ne semble pas pertinente : la fenêtre de la balle et certains détails sont moins pertinents que dans la version précédente. Je n'insiste pas.
Réduction "bicubique"
Cet algorithme Photoshop, s'il a l'avantage de donner un bon rendu en 24 bits, donne souvent des résultats moins propres en basse résolution. Le ciel étoilé est effectivement plus proche de l'image CPC, ainsi que les dalles et les montagnes.
Bicubique + flou 0,5 pixel
Ça peut sembler grotesque, mais en observant les étoiles de près, je me suis rendu compte qu'elles bavaient les unes sur les autres. J'ai donc tenté ce léger flou d'une taille inférieure à 1 pixel. Le résultat commence à ressembler à l'image CPC à pas mal d'endroits. La 1ère version CPC semble récupérer les étoiles vertes, tandis que la 2nde rétablit les taches noires au bas du muret et des colines.
version CPC commerciale

Bon, donc c'est bien laid tout ça. La révélation du flou est assez perturbante ! Je ne sais pas d'où peut bien venir ce flou. Existe-t-il une version HAM de l'image de laquelle serait parti tout le monde (Amiga comme CPC) ? Je me limite évidemment à des supositions, mais il est évident que si un logiciel a été utilisé pour passer de la version Amiga définitive à la version CPC, il est probable que ce logiciel aurait un algorithme assez crasseux. Je ne m'attends pas à du Photoshop pour cette époque, mais tout de même, il aurait été tellement plus simple de faire "comme d'habitude", prendre une colonne sur 2 et changer la palette... car rien n'est trop beau pour le plaisir des yeux émerveillés des enfants que nous étions à l'époque.

Franchement, c'est peut-être pas super joli, mais ça claquerait quand même mieux, surtout que c'était pas cher.