Général :
  Art & Démo
  Transferts
  Les dogmes
  Les notes

Histoires :
  Redevance TV
  SFR vs SCR

Les machines :
  Commodore 64
  Différents CPC

Langue en vrac :
  Cédérom
  La "flashouille"
  Citations
  Citations (moi)

Bonus Tracks :
  Climax (Part 1)
  Climax (Part 2)
  Climax (Part 3)
  Climax (Part 4)
  CAT de l'AE05

Pages ratées
  Introduction
  SAS strike force
  Shadow Dancer
  Jim Power
  Mythos
  Dominator
  Galaxy Force
  Teenage Queen
  Mortevielle
  Relief Action
  Asalto y castigo
  ISS
  Face Hugger
  Batman Forever
  Palettes de porc
  Hall of Shame

Les pages ratées de l'histoire du CPC
écrit le 20/09/2008, révisé le 13/09/2014

L'AYC à l'écran... (à ne lire qu'en cas d'ennui mortel !)
(Asalto Y Castigo / par Baltasarq - 2009)

J'ai eu d'horribles scrupules à écrire cette page, je dois vous l'avouer. Car jusqu'alors, je n'avais pas fait de reproches à un quelconque jeu sorti après l'ère commerciale. Et je suis tombé par hasard sur ça :

Et là... c'est le drame.

Ce n'est qu'après un peu de temps que j'ai compris que ce jeu était "récent". Je m'excuse auprès de l'auteur de l'inclure parmi ces pages, surtout que j'ai la mauvaise habitude de les écrire en français. Mais il est temps qu'il fasse attention à ne plus bâcler la diffusion de ses œuvres sur CPC. À ce point, c'est criminel.

Chacun aura remarqué que l'image en question n'est pas affichée dans le mode réglementaire (celui pour lequel est prévue l'image). En fait, on voit aussi qu'aucune palette n'est mise : c'est celle du système que l'on voit. Le plus drôle, c'est que le fichier de chargement applique le mode 1 au lancement, sans quoi on aurait au moins pu changer le mode avant que la misère ne s'abatte sur l'écran...

Après quelques lancements, on s'aperçoit vite (mais non sans douleur) que l'image était en fait en mode 0. Elle utilise les 16 couleurs disponibles, dans un ordre que je ne connais pas.

Cette page sera donc désespérante car je vais la passer à vous imposer ma façon de trouver une palette de couleur plus correcte. Eh oui, car j'ai cherché ! Je suis joueur, vous dis-je.

L'image utilise donc les 16 couleurs. Une bonne nouvelle cependant, le titre ne fait pas partie de l'image, puisqu'il s'agit d'un message en basic ajouté sur l'image (par le programme basic protégé, mais je devine tout !). Les petits bricoleurs pourront donc à loisir en ajouter un de leur cru.

Mais la mauvaise nouvelle très attendue, c'est que l'image est un transfert d'une qualité probablement désastreuse, à en juger par le brouillard de pixels qu'on a. À n'en pas douter, l'image vient de celle qu'on a sur la jaquette :

Cette image fait rêver, avouez. On s'imagine en train de décrocher l'épée pour conquérir des terres nordiques (en espagnol) pour sauver le monde. Mes premiers essais n'ont pas franchement été à la hauteur de mes attentes :

C'est précisément là qu'on la sent,
la bouillie de points...
...et fatalement, on essaie de la cacher en réduisant le contraste au maximum. Fausse piste !

Ok, cette image a donc décidé de garder très fort le secret de ses couleurs, il nous faudra ruser un peu. Organisons-nous. Chercher dans l'image des zones de contraste ou des blocs de couleur : l'idée est de voir quelle est la zone utilisée par chaque couleur pour voir jusqu'à quel point s'étend sa diffusion. Elle se mélange peut-être de façon "thématique" avec d'autres couleurs de la palette.

Image en fausses couleurs,
permettant de classer les couleurs par zones.
Le noir prend une place considérable :
il est présent sur absolument toute l'image.

Sorte de désespoir, car on ne découvre que 2 zones. Ça veut dire que les pixels sont inextricables sur ces 2 zones. Y voir clair sera laborieux. On a d'une part la zone lumineuse du ciel et de l'épée (les reflets donc), et une zone de nature "en gros". Pour amuser les petits, on aura une 3ème zone de premier plan dans l'herbe, en rouge vif sur l'image. Sans doute la seule zone qui ne s'étale pas sur la moitié de l'écran. Oh ! J'oublie le plus important (en fait, je vous le gardais pour la fin) : la couleur noire est présente sur la totalité de l'écran, que ce soit le contour de l'épée, des trames montagnardes ou une diffusion céleste. On a du mal à croire qu'il y ait tant de couleurs dans cette image... Ah, ça sent le défi !

Je vais accélerer le pas car j'en vois au fond qui s'endorment. Donc voilà mes essais successifs avec de rapides commentaires :

Tentative pour détacher cette zone de lumière.
Tentative pour séparer les zones par contraste de couleurs et non de lumière (bueurk !).
Là, j'essaie péniblement de faire un truc avec les montagnes en mettant de l'ordre dans le ciel.
Pareil en essayant de rendre apparente la trame partout dans la montagne, et éviter des aplats (pas le style de l'image, les aplats, voyez ?).

Donc en fait, je termine par ce que je suppose avoir fait de mieux, conscient que le seul péril de ma gloire aura été d'être certain de ne rien faire de génial de cette image, mais je suis joueur, c'est ça.

Sur le finish, j'ai remis un peu de lumière dans le ciel. Ça se pourrait que j'aie un peu abdiqué sur cette merveilleuse couleur de premier plan qui a l'avantage d'être localisée...

Donc en fait, si cette image vous évoque plein de machins avant de jouer et que vous avez envie de jouer à ce jeu (en espagnol) en vous immergeant totalement dans la féérie de l'image, je vous suggère de remplacer le loader original (DISC.BAS) par celui-ci :

10 MODE 0:BORDER 0
20 FOR x=0 TO 15:READ a:INK x,a:NEXT
30 LOAD "ESPADA.SCR"
40 LOCATE 3,24:PEN 11:PAPER 5:PRINT "ASALTO Y CASTIGO"
50 RUN "AYC.BAS"
60 DATA 14,1,3,23,10,0,3,9,12,23,17,26,26,17,17,15

Mais je vous préviens, ça changera un peu les couleurs pendant le jeu, car AYC.BAS est lui aussi protégé... :-)