Général :
  Art & Démo
  Transferts
  Les dogmes
  Les notes

Histoires :
  Redevance TV
  SFR vs SCR

Les machines :
  Commodore 64
  Différents CPC

Langue en vrac :
  Cédérom
  La "flashouille"
  Citations
  Citations (moi)

Bonus Tracks :
  Climax (Part 1)
  Climax (Part 2)
  Climax (Part 3)
  Climax (Part 4)
  CAT de l'AE05

Pages ratées
  Introduction
  SAS strike force
  Shadow Dancer
  Jim Power
  Mythos
  Dominator
  Galaxy Force
  Teenage Queen
  Mortevielle
  Relief Action
  Asalto y castigo
  ISS
  Face Hugger
  Batman Forever
  Palettes de porc
  Hall of Shame

Les pages ratées de l'histoire du CPC
écrit le 15/03/2008, révisé le 16/04/2014

Du beurre dans les épinards...

Le CPCiste est par définition aussi râleur qu'un français, vous avez remarqué ? En effet, le CPCiste est capable de faire la guerre à un autre CPCiste qu'il adore pourtant, simplement pour lui expliquer que sa rupture n'est pas propre (mais puisque je te dis qu'elle fonctionne !), que le Plus c'est de la merde (il est pas frais mon poisson ?), ou que le travail sur Pécé c'est dégoûtant et que le noble CPC mérite au moins qu'on souffre autant qu'un CTM sous rupture Chany en homage à son grand âge (celui du CPC).

Par exemple, le CPCiste vous dira volontiers que les jeux PC ne sont plus ce que les jeux 8bits étaient, et notamment il vous dira que sur PC, on ne fignole pas le travail comme à l'époque bénie où 1 octet, c'était 1 octet, et où on ne pouvait pas se permettre de le gâcher en ne réfléchissant pas à ce qu'il allait contenir. Sur CPC, môssieur, on ne gaspillait pas : on s'appliquait à ce qu'on faisait. On dessinait sans souris, et c'était bien fait, parce que c'était fait laborieusement.

L'idylle attendait certainement qu'un indélicat tel que moi y remuât un peu la merde. Hé non ! Les éditeurs de l'époque du camembert au lait cru savaient aussi bâcler leur travail avec un dépit déconcertant. Les quelques pages présentes ici vous le prouveront.

Ces pages d'archéologie numérique visent à vous montrer qu'à part Gryzor vraiment-beau-parce-qu'il-a-tout-été-dessiné-en-basic-et-sans-les-yeux, il y a aussi quelques petites hontes à déplorer sur notre toute belle machine. Mais finalement, peut-être qu'à assumer ces quelques petits dérappages ordinaires, notre gloire n'en sera que mieux nettoyée des cadavres qui hantent ses placards.

Voici donc quelques images qui ont été relativement (ou férocement) mal dégrossies. Mon souhait est avant tout de vous montrer qu'un peu de travail "aurait pu" sauver les meubles, pour nous produire parfois de très belles images. J'essaierai donc de vous montrer les images d'origine, telles qu'elles étaient à leur sortie commerciale, les indices en ma possession pour vous montrer un problème, et enfin, une tentative de résolution du problème, avec des outils de cochon, puisque rien ne sera fait ici sans l'assistance d'un PC. Je ne vais pas passer mes nuits à redessiner gratuitement sous OCP des images qui ont été vendues contre de l'argent dans cet état merdique à l'époque. Je m'arrangerai toutefois pour ne pas utiliser de techniques non disponibles à l'époque.

Ces images ont généralement été diffusées précipitamment, vers 1988 (à 4 ans près), sans l'autorisation des héritiers que nous sommes et qui exigeons un patrimoine immatériel digne de notre rang.

Pourquoi ces images ont-elles été négligées ? Il y a certes de nombreuses théories possibles, et la vraie vérité certaine ne ressortira pas sans un mot de leurs auteurs, qui ne sont pas encore venus frapper à ma porte. Certaines images ont probablement bêtement été ratées par leur auteur. Mais je ne viens pas vous faire un mur de la honte des plus mauvais graphistes : je vise à montrer des aspects techniques. On peut donc imaginer que le programmeur a cafouillé sur le respect de la palette, que l'image n'était pas finie, qu'un bug l'a corrompue, tout ça pendant que le graphiste était en congé (pile poil pour la release). Ou parfois encore qu'un petit blond à lunettes est venu semer la zizanie entre l'auteur du dessin et moi qui regarde l'image, 20 ans après... ou encore que l'image a été réalisée sans recours à un graphiste, parti la veille travailler chez The Adventure Workshop...

Je vous souhaite un peu de courage, car ces pages vous interdiront à l'avenir d'en faire autant. La jurisprudence est déclarée.