Divers :
  Softs à utiliser
  Le son
  Photo d'écran
  Identifier CRTC

Cat'arts :
  Introduction
  Ordre d'exécution
  Taire le système
  Bidouilles

Graphisme CPC :
  Introduction
  Le pixel
  Les limites
  Hinting
  Antialiasing (1)
  Antialiasing (2)
  Antialiasing (3)
  Luminosité
  Subpixel
  Gestalttheorie

Couleurs :
  Les couleurs
  Flipping
  Tableau récap.
  Complémentaires
  Fondus


Réglage d'écran

Comment avoir le meilleur rendu sur votre CTM
écrit le 29/10/2016

Inutile de présenter l'écran du CPC, il est à lui seul le truc identifiable de loin. Certains continuent même à l'utiliser comme écran de télévision. Sans doute plus rares depuis la télé numérique. Mais il y a encore peu, on voyait fréquemment des écrans branchés au tuner vendu par Amstrad sur la fin commerciale du CPC, pour convertir le moniteur en télévision. Ce poste TV a longtemps servi de télé d'appoint, dans la cuisine, ou dans la chambre "du petit".

Ces écrans, davantage que les unités centrales des CPC (les "claviers"), ont subi l'usure du temps. Peut-être aussi étaient-ils vendus mal réglés, parfois. Toujours est-il que 30 ans après leur fabrication, ils auraient bien besoin d'une petite révision.

La panne (ce n'est pas grave : ça peut arriver à tout le monde)
Parmi les nombreux symptômes rencontrés, l'un d'eux (qui n'est pas nécessairement le plus fréquent), est la panne absolue. J'entends par "panne absolue" l'écran qui ne s'allume absolument plus. Pas d'image, niet, que du noir. Même en tournant la vis de contraste, il n'y a rien. Dans certains rares cas, on peut avoir des couleurs sans cohérence et floues, ne représentant absolument pas l'image qu'on est censé y voir. Parfois il fera le même bruit qu'un écran qui marche (tzoing !), parfois on pourra sentir un champ magnétique devant l'écran, et parfois, juste rien. La priorité peut être de vérifier que les symptômes viennent bien de l'écran et non du "clavier" en en testant un autre sur l'écran.

Cette page ne vise pas à vous apprendre à réparer un écran, et je n'en ai pas la compétence. Ces cas sont généralement réparables, car les tubes sont d'une conception plutôt simple. Les réparateurs vous répareront l'écran pour une somme allant de 80€ à 150€ selon la panne. Cela reste cher pour un écran que l'on trouve encore souvent pour près de 10€, mais cela permet de sauver un écran de bonne qualité, l'écran de votre enfance, ou simplement pour continuer une activité féconde alors que vous habitez sur une île déserte.

Et pour les plus amoureux de leur écran, il est possible de demander au réparateur de changer "les éléments chimiques". Ces composants ne sont pas faits pour durer plus de 20 ans et ils se dégradent avec le temps. Changer ainsi ces composants (les condensateurs) redonne un coup de jeune à l'écran.

Régler quoi ?
Parmi ce qu'on souhaitera régler, il y a la qualité des couleurs, les "bavures" (sorte de décalage d'une couleur à l'autre) qui peuvent ressembler à un contour noir d'un côté du texte par exemple, et la luminosité de l'écran.

Il y a en revanche 2 cas pour lequel nous ne pourrons rien :

Dans certains cas, l'écran est flou, très flou. Le texte est à peine lisible. C'est le cas des écrans trop vieux, qui ont trop servi (et donc bien vécu), c'est le tube cathodique lui-même qui est usé. Je ne sais pas comment il est possible qu'une cloche sous vide s'use, mais il semblerait que le problème vienne de là. Remplacer le tube revient donc tout simplement à changer de moniteur, même un réparateur n'y pourra rien. Je vous suggère donc de le remplacer. Si l'écran n'est pas trop flou, vous aurez peut-être la chance d'y remédier avec un réglage interne expliqué plus loin dans cet article.

Un autre problème que l'on rencontre dans les tubes qui ont beaucoup servi, c'est une importante désaturation des couleurs. Nous verrons plus loin qu'il est possible de régler les couleurs, mais au-delà de l'équilibrage de ces couleurs, il n'est pas possible de redonner de la saturation simplement en tournant des vis.

CTM644 démonté et allumé

La THT & mise en garde
Vous ne couperez pas à l'habituelle mise en garde : démonter un écran n'est pas trivial et si on n'y prend pas garde, on a un réel risque d'électrocution. Les anciens écrans contiennent une "THT". THT veut simplement dire "transformateur haute tension". Ce composant a pour vocation à transformer la tension qu'il reçoit en un courant continu allant jusqu'à 25 000 volts. Le courant continu est plus dangereux que le courant alternatif, car il permet moins facilement de se "décoller" en cas de choc électrique. Et puis la très haute tension, forcément, ça pique peu. Certains disent même que ça peut souder une gourmette en un rien de temps (l'électricité est utilisée en industrie pour faire des soudures rapides sur des grosses pièces).

Histoire de continuer à expliquer pourquoi c'est dangereux, il faut comprendre d'une part que compte tenu de la très haute tension balancée, même lorsque l'écran est débranché, le composant étant accroc à l'électricité, il continue à en garder une bonne partie en stock. de quoi faire de beaux arcs électriques. Un réparateur saura comment court-circuiter ce composant pour le vider, mais même dans ce cas, il aura encore tendance à ré-accumuler de l'énergie, un peu comme le fait une pile pourtant déchargée.

Au-delà de ces précautions, il faut savoir que les manipulations que vous allez faire se feront pendant que l'écran est allumé et ouvert (donc les tripes à l'air). Les tripes à l'air, car vous avez besoin d'intervenir dessus, et allumé, parce que vous avez besoin d'évaluer en direct la qualité de vos réglages.

Maintenant que vous flippez bien, et que vous êtes prêts à me payer une fortune pour que je fasse vos réglages je vous propose de continuer la visite.

Déjà, pour ne pas mourir, où se trouve la THT ? Elle est montrée en rouge sur cette photo :

THT CTM 644

Le bloc arrière, le cordon, jusqu'à la sorte de ventouse collée au tube transportent la tension. L'isolation étant très théorique, autant qu'âgée d'au moins 30 ans, je vous suggère de ne pas tenter quoi que ce soit.

Tout d'abord, le premier conseil que je suis tenté de vous donner, si vous venez de récupérer un écran, c'est de le laisser dans un coin pendant 2 semaines, débranché, et avant même de le tester, de l'ouvrir et de passer un coup d'aspirateur dedans. S'il a été allumé avant que vous ne le récupériez, ça fait que la THT sera peut-être déchargée (il semblerait qu'au bout de 2 semaines, ce soit le cas, mais l'info n'est pas nécessairement fiable), et si l'écran n'a pas servi depuis quelques années, vous aurez alors une occasion unique de le nettoyer avec le minimum de risque.

vis réglage THT CTM 644
Réglages piqué et luminosité
Un gros plan de la partie arrière de la THT vous montre 2 vis. Ces 2 vis sont des réglages.

Le piqué
La première, la vis du haut permet de régler le piqué de l'image. En d'autre terme, il s'agit d'ajuster la "mise au point" du canon à électrons sur la partie visible du tube cathodique. Sauf si votre écran est vraiment flou et que vous sentez le désespoir vous menacer, je vous suggère de ne pas toucher à cette vis. D'une part, je pense que c'est inutile, car tous les écrans que j'ai démontés étaient déjà réglés à la perfection, je n'ai jamais pu faire mieux que le réglage d'origine. Il se pourrait donc que ce paramètre ne change pas avec le temps. Mais ce réglage est un peu difficile à faire de façon fine, car l'image se forme sur les photophores qui représentent une sorte de trame. Faire ce réglage correspond donc plus ou moins à faire la mise au point d'un projecteur de diapositives sur une passoire. C'est difficile d'évaluer avec une grande précision quand on est parfait. Ce réglage me semble donc inutile, on a généralement plus à perdre qu'à gagner.

La luminosité
L'autre vis, celle du bas, fait au contraire partie des réglages que l'on fait systématiquement sur tous les écrans CPC de nos jours. Elle permet d'augmenter la tension envoyée au tube. Cela permet donc d'éclaircir l'image. Les tube de l'époque avaient un réglage parfois un peu sombre et tout le monde mettait la molette de contraste à son maximum. Ajouté à cela l'usure du matériel, il est devenu presque indispensable de régler ce paramètre.

Il est toutefois bon de ne pas en abuser, car comme il augmente la tension, il peut être un facteur d'usure prématuré du matériel. Je suggère de mettre la vis de contraste (sur le côté de l'écran) à son maximum, et de régler cette vis de la THT de façon à ce que les noirs deviennent un peu clairs (gris sombre en somme). Ensuite, la marge de la molette du contraste permettra de redescendre à un vrai noir. Ce réglage permettra d'avoir une bonne amplitude de réglage sur la brillance de l'image.

Remplacement molette luminosité
Sur certains écrans, il se peut que la molette de réglage ait vieilli. Dans ce cas, la tourner affichera des parasites à l'écran, sous la forme de lignes plus ou moins éclaircies sur l'image. Dans les pires cas, il ne sera plus possible de stabiliser l'image, même lorsque la molette ne bouge pas.

La solution la plus simple est de tourner abondamment cette molette de façon à la "nettoyer". Si cela ne suffit pas, le mieux est de la changer. Il est possible dans ce cas de remplacer toute la pièce par un prudent démontage. Remplacer la pièce nécessite par exemple d'en avoir récupéré une autre sur un écran en panne, mais dont la molette est encore en bon état.

molette contraste CTM 644

L'alternative est de démonter cette molette, la dessouder, et la remplacer par une autre. Il s'agit d'un potentiomètre de 500 Ω, mais compte tenu de sa taille il se peut qu'on le trouve difficilement dans le commerce.

réglage RGB tube cathodique CTM 644
Réglage couleurs
On arrive ici à une partie plus sensible des opérations. Il s'agit de régler la balance des couleurs.

Pour ce faire, nous avons accès à 5 petits potentiomètres : 1 vert, 2 rouges et 2 bleus. Naturellement, la couleur indique quelle est la couleur concernée par le réglage.

Selon la photo ci-contre, les vis 1, 3 et 5 (VR802, VR801, VR803) sont des réglages "forts" (pas précis). Les vis 2 et 4 (VR804, VR805) sont des réglages fins (précis)..

On peut tenter de tourner tout ça au feeling et dans tous les sens, mais le mieux est d'être méthodique pour ne pas y passer un quart d'heure.

Pour ma part, après avoir augmenté un peu la luminosité du tube par la vis de la THT, je règle le noir (qui est gris foncé selon notre réglage), de façon à lui donner une teinte neutre. Le plus neutre possible. Donc éviter que ce gris ne tire vers le rouge, le vert ou le bleu. Le piège est qu'on voit moins bien lorsque le tube est "trop" bleu que lorsqu'il est "trop rouge" par exemple. NAturellement, on commencera à faire ce qu'il est possible de faire avec les réglages "forts", et on terminera sur les réglages précis (vis 2 et 4).

Une fois cela fait, je mets les couleurs du CPC au gris (BORDER 13:INK 0,13) et j'affine le réglage. Attention, le gris du CPC est naturellement légèrement vert, donc obtenir un gris parfaitement neutre risque de refroidir l'ensemble des couleurs.

Une fois ce réglage fait, je vérifie certains couples de couleur qui sont proches mais que l'on doit bien distinguer, comme le 9/12, le 10/13, le 18/21, le 19/22, le 2/5, le 15/16, le 11/14. Pour cela, attribuez une couleur à l'encre 0 et une autre au BORDER. Si la proximité des couleurs en question vous semble bizarre, réévaluez vos réglages (noir et gris). Il est difficile d'avoir un œil objectif.

ailettes réglage superposition RGB CTM 644
Réglage position RGB sur le tube
Il est théoriquement possible de corriger le décalage des couleurs les unes par rapport aux autres. Cela se fait sur les ailettes qui ceignent le tube :

Je n'ai jamais réalisé cette entreprise. On me l'a décrite comme étant une opération de la dernière chance car il est très difficile d'être précis sur ce réglage. Le principe est de les "décoller" du tube, car leur réglage est fixé en usine par une colle épaisse. En faisant jouer les ailettes, on casse cette colle pour modifier le réglage. Et quand vous en êtes là, bon courage... n'hésitez pas à me raconter votre expérience. Mais un conseil, ne faites ça que si quelqu'un d'autre est dans la pièce pour vous regarder agoniser si ça foire (et prendre des photos).