Divers :
  Softs à utiliser
  Le son
  Photo d'écran
  Identifier CRTC

Cat'arts :
  Introduction
  Ordre d'exécution
  Taire le système
  Bidouilles

Graphisme CPC :
  Introduction
  Le pixel
  Les limites
  Hinting
  Antialiasing (1)
  Antialiasing (2)
  Antialiasing (3)
  Luminosité
  Subpixel
  Gestalttheorie

Couleurs :
  Les couleurs
  Flipping
  Tableau récap.
  Complémentaires
  Fondus


Les couleurs

V - Les fondus de couleur
écrit le 02/11/2016

Les fondus participent au fantasme collectif sur CPC : il n'est véritablement possible que sur un ordinateur affichant des milliers de couleurs, il est l'apanage du cinéma, il fait top classe, mais face à cet effet, les 27 couleurs du CPC semblent bien pauvres. On a bien un dégradé de bleu et un dégradé de rose qui tient à peu près la route, mais de là à faire un "fondu", c'est pas gagné...

Au cours de cet article, sauf précision contraire, les exemples seront donnés sur des fondus au noir, permettant alors de les comparer les uns aux autres. Mais les fondus au blanc fonctionnent de la même façon. Ce sont surtout les fondus par changement de palette qui seront traités ici.

Quels critères pour un fondu ?
Tout d'abord, un fondu, ça veut dire plein de choses. Le fondu est une transition d'une image vers une autre. Mettons que nous verrons essentiellement les fondus au noir. Sur CPC, on a tenté déjà bien souvent de faire des "fondus au noir", mais finalement, les fondus au blanc posent le même problème, et la logique des fondus vers une couleur posent encore d'autres problèmes.

Durée
Déjà, l'un des paramètres les plus importants et fantasmatiques (?) est la durée. Plus un fondu est lent, plus il est difficile (impossible) à réaliser sur CPC. La durée induit nécessaierement aussi la notion de paliers. Lorsque les paliers sont très proches en valeur, on peut se permettre de les espacer davantage dans le temps sans pour autant voir de "saccade". Si les paliers sont importants, inversement, il faudra les enchaîner rapidement pour ne pas être gêné. Mais le problème arrive lorsque la vitesse devrait techniquement se limiter à 3 paliers très rapides (blanc > gris > noir). On est alors très loin du fondu. Disons qu'un fondu au noir peut généralement se faire sur 5 ou 6 paliers sur CPC.

De quoi vers quoi...
S'agit-il d'un fade in ou d'un fade out ? Vers le noir ? le blanc ? le bleu ? le rouge ? Est-ce qu'on fait un fondu d'une image vers une autre (ce qui amènerait d'autres problèmes) ? Quelle est la nature de l'image (trames, textes).

Fondu DemoIzArt
Arkos utilise des chagements de palette (rasters) pour faire disparaîtr des textes fers un fond violet. Initiative assez rare alors que les fonds sont souvent noirs.

Style
Le style, parce que nous sommes exigeants, c'est la façon de faire le fondu. Par exemple, si on fond vers le noir, on pourra souhaiter un assombrissement linéaire (les teintes sombres sont noires en premier), proportionnel (les teintes sombres s'assombrissent moins vite et tout devient noir en même temps), coloré (augmentation ou baisse de la saturation pendant le fondu), texturé (l'image se détériore par un motif ou un bruit). Sur CPC, nous verrons que si cela semble un luxe, nous avons quand même le choix.

À droite, Beb a choisi d'appliquer une texture à son fondu des textes de Chapelle Sixteen, bien que cela n'apporte pas d'étape supplémentaire (6 en tout).
C'est sans doute sa nouvelle signature
(maintenant, il nous met des trames partout).
Fondu Chapelle Sixteen

On peut aller d'une couleur à l'autre en ligne droite, ou en prenant des lacets, le blanc étant composé de différentes composantes, est-il nécessaire que chacune s'assombrisse à la même vitesse ? Voilà différentes façons de traiter les fondus, à titre d'exemples.

À l'ancienne...
L'histoire du CPC fait que certains dégradés sont devenus des grands classiques. Ce sont les palettes souvent utilisées pour les mode 1 monochromes. Il s'agit des dégradés de bleu, rouge, vert, magenta et jaune essentiellement. Le fait est que si l'image utilise des zones très délimitées pour ces couleurs, on aura un assombrissement cohérent de l'image. Et si l'image utilise des trames très marquées, il est possible que l'assombrissement reste cohérent, bien que certaines zones deviennent mises en valeur par certains passages du dégradé, du fait de l'assombrissement des différentes couleurs à des vitesses différentes. Toutefois, on devra alors certainement négocier l'assombrissement de certaines couelurs pour qu'elles restent cohérentes par rapport à l'ensemble (trames).

C'est le cas qui se pose à chaque fois que des couleurs sont utilisées dans plusieurs dégradés de l'image, comme le blanc, fréquemment utilisé aussi bien pour le rouge, le vert ou le bleu dans l'image ci-dessous.

Fondu classique

Ce dégradé a l'avantage de pouvoir s'assombrir à une vitesse potentiellement lente, en revanche, il n'est pas générique et doit être "réinventé" d'une image à l'autre, ne serait-ce que pour savoir comment on choisira d'assombrir le blanc.

Saturation
Il est assez délicat de dire qu'on va assombrir en saturant les couleurs, car le CPC a déjà des couleurs très saturées. Mais il reste une petite marge de manœuvre : toutes les couleurs secondaires et pastelles peuvent se rapprocher des couleurs primaires, en retirant la composante la plus faible par exemple, mais on essaiera de laisser le blanc "blanc".

De la même façon, désaturer ressemble à l'idée d'avoir d'infinies variétés de gris pour transformer une couleur. Mais ce n'est pas le cas : le CPC n'a qu'un gris. Toutefois, on peut essayer de ramasser les couleurs autour de teintes moins vivres. Par exemple considérer le rouge comme une couleur très marquée, et le bleu comme très peu marquée, et réduire les composantes RVB selon cette règle en apaivrissant la richesse des couleurs vers une "monochromie discrète".

Fondu saturation Fondu désaturation
Saturation : les 3 zones déjà bien marquées se renforcent dans les rouge / vert / bleu avant de s'assombrir. Désaturation : les différentes couleurs se rapprochent du "gris" avant de s'assombrir.

La version "par saturation" n'est pas vraiment réalisable sur des images très tramées utilisant les couleurs complémentaires, car une même couleur peut se retrouver dans 2 autres pratiquement opposées afin justement de les désaturer. En revanche, ce genre d'image se prête mieux aux fondus par "désaturation".

RGB
Le fondu RGB semble parfois assez évident, et pourtant, il n'a pratiquement jamais été utilisé. Il s'agit de dégrader "doucement" (pas trop quand même) les composantes rouge, verte et bleue les unes après les autres. Les couleurs se saturent comme si des flitres de couleur s'appliquaient progressivement sur l'image. Je conseille de commencer à dégrader le vert, puis le rouge, et finir par le bleu, de façon à avoir quelques chose d'apparemment plus proportionnel. En effet, retirer une composante de vert réduit beaucoup la luminosité, il est important de le compenser par une persistance des autres composantes pour éviter de terminer par une chute brutale de lumière sur la fin. Inversement, terminer par le bleu permet d'assombrir doucement à partir d'une image déjà sombre.

Cette façon a l'avantage de pouvoir se faire de la même façon sur n'importe quelle image. Pas de question à se poser. Par exemple, si vous avez un jeu avec 80 images, vous pouvez appliquer cette règle de fondu à tous les coups.

Fondu RGB

Seuil
Ce genre d'effet est plus conceptuel, sans doute moins dans ce qu'on attendrait d'un fondu, mais reste réaliste sur CPC.

Le premier consiste à avoir un seuil de luminosité maximim qui baisse. Ainsi, on assombrit d'abord les teintes lumineuses et on ne touche aux teintes sombre qu'à la toute fin du fondu. Cette approche peut se révéler utile lorsque l'on ne fait pas un fondu au noir, mais plutôt vers une couleur. Ainsi on "tasse" la pallete vers la couleur en question.

Le second consiste au contraire à assombrir tout de suite les teintes sombres pour ne conserver que les teintes lumineuses. C'est un peu comme si on utilisait la fonction "seuil" de Photoshop à des valeurs de plus en plus élevées, appliqué aux composantes RVB de l'image. Cela peut donner de l'effet sur une image avec des reflets très lumineux, gardant l'idée qu'on a beau assombrir, le reflet persiste (ce qui se produirait si on faisait un fondu au noir photographique en fermant le diaphragme.

Fondu seuil haut Fondu seuil large
seuil 1Seuil 1 :

Toutes la valeurs sont saturées par une valeur de plus en plus basse.

seuil 2Seuil 2 :

La palette se réduit à son minimum d'expression avant de s'assombrir.

Neutre
C'est celui que je préfère en général, utilise les techniques de couleurs complémentaires pour neutraliser les fondus. Il convient de trouver des tables suffisamment lentes pour chaque couleur et de façon à éviter qu'elle ne sature pendant l'assombrissement de l'image. Cela complique la tâche. Sachant qu'un blanc peut se dégrader en 7 étapes vers le noir (voir cet article), mais avec la contrainte de se limiter à l'appliquer à 50Hz, cela fait un fondu global qui se fait en 1/7eme de seconde. C'est très rapide, on a à peine le temps de l'observer qu'il a disparu, on ne le remarque d'ailleurs pas nécessaierment. Il est toutefois possible de le prolonger un peu en faisant un petit flipping sur quelques couleurs clé, ou en prolongeant les couleurs stables. Cela permet d'atteindre 1/4 seconde, voire un peu plus. C'est chic pour celui qui le remarque, mais pas franchement "wow".

Ce fondu a lui aussi l'avantage de pouvoir s'appliquer indifféremment d'une image à l'autre. Il suffit d'avoir une table de fondu type.

Fondu neutre CPC Exemple de fondu très rapide d'Orion Prime, mais restant globalement "neutre".

Si vous regardez précisément chaque partie de l'image, elle semble se dégrader sans "changer de couleur", comme on peut l'observer dans les autres fondus.

Un autre moyen de le prolonger est de l'utiliser sur un mode 1 ou un mode 2, moyennant l'utilisation d'une unique couleur (blanc sur fond noir par exemple). Dans ces 2 cas, il est possible d'appliquer une trame à l'intérieur du dessin à assombrir. On a des résultats très fin en mode 2 (textes de l'intro d'Orion Prime), mais si on tolère l'effet texturé d'une trame, on peut avoir un effet un peu plus long en mode 1 et atteindre presque 1 seconde vraiment neutre (mais texturé) au niveau de la couleur.

Cette image de l'intro d'Orion Prime s'affiche en choisissant à chaque VBL les niveaux de luminosité le mieux adaptés (couleur / trame). Le résultat est très lisse, mais ne dure que 14 VBL (ralenti ci-contre).

Par zone
Cette façon de faire consiste à considérer que les fondu étant rapide, on peut l'opérer différemment par zone de l'image, histoire de le prolonger artificiellement. Un méthode peut être d'avoir une image comportant des zones distinctes utilisant des encres différentes sur la palette (par exemple, une zone rouge, une zone verte, une zone mauve...). Et on n'appliquera un fondu qu'à une zone de couleur (n'impliquant par exemple que 5 encres). Une fois ce fondu terminé, on pourra faire de même pour une autre zone et ainsi de suite. Cette façon de faire risque de poser des problèmes si une zone utilise les couleurs d'une autre (par trame par exemple). Il convient donc de bien réfléchir ce genre d'effet à la réalisation de l'image.

Une autre façon peut être de dégrader l'image par zone géographique, soit par zone raster, soit par zone différente. Par exemple faire apparaître les lettres par fondu, un pour chaque lettre. Par contre, cette dernière façon impose de faire de l'affichage bitmap et ne peut se contenter de changements de palette. C'est une version intermédiaire entre le fondu par palette ou par trame.

Fondu Znax Dans Znax, jeu réalisé
par Pulkomandy / Shinra,
l'image du jeu apparaît
avec un fondu progressant
du haut vers le bas.

Autre...
Évidemment, cette liste n'est pas exhaustive et de nombreux autres fondus sont à inventer. Par exemple, on peut très bien imaginer passer en noir et blanc avant de fondre en sépia. D'ailleurs, si on supporte le flipping de palette, on peut ralentir le fondu en s'attardant sur une palette étendue à 125 couleurs (pourquoi pas d'ailleurs sur une image en flipping).

Fondu Climax Cette image de l'intro de Climax apparaît avec un fondu utilisant du flipping de palette. La séquence amène aussi un fondu d'une image vers une autre (le logo apparaît), puis un fondu vers du noir et blanc.

Je n'ai abordé ici que les fondus de palette. Mais d'autres techniques permettent des transitions élégantes d'une image à l'autre, comme on a pu le voir dans la Phortem / Condense.

Dans OVL meeting '96, Madram utilise des fondus par trame, qui ont l'avantage de permettre la transition entre une image et une autre.

Dans un style différent, OVL utilise des tables shadebob pour faire des fondus vers un arrière plan non noir.

Cette page n'est là que pour donner quelques clés à votre créativité. Le fondu sur CPC devient de plus en plus populaire, il semblerait même que cela devienne la norme.



<<< precédent <<<