Accueil

L'Amstrad CPC
Le Demomaking
Les SM

Glossaire

Vous êtes perdus
Liens


L'Amstrad CPC
écrit le 11/02/2007, révisé le 25/01/2016

Qu'est-ce que l'Amstrad CPC ?
Amstrad est une firme qui a déboulé dans l'informatique alors qu'elle n'y connaissait encore rien, avec ce même slogan qui a fait vendre les iMac bien plus tard : une prise dans le mur, et pas de connexions en plat de nouilles. Ils ont sorti très rapidement un ordinateur qui n'avait rien de révolutionnaire, mais cassait tellement les prix et les habitudes qu'ils ont inondé le marché anglais, français et allemand, puis s'est ensuite bien vendu en Espagne. Tout cela s'est passé au siècle dernier : l'Amstrad CPC 464 est sorti en 1984, et ils ont péniblement relancé les ventes jusqu'en 1991 avec une gamme compatible, l'Amstrad 6128Plus.

Sa logithèque est l'une des plus grosses de l'histoire de l'informatique, et beaucoup de monde connaît cet ordinateur encore aujourd'hui. Il a permis à de nombreuses personnes de découvrir l'informatique, certains en ont aujourd'hui fait leur métier.

Techniquement, on peut dire aujourd'hui que le CPC est obsolète, avec une horloge 1000 fois moins rapide que les ordinateurs actuels, des instructions plus rudimentaires, et une mémoire environ 15 000 fois plus petite... De plus, des contraintes techniques sont à y ajouter : un choix parmi seulement 27 couleurs affichables, des pixels beaucoup plus gros, un timbre de son carré, des supports de stockage plus lents et limités en taille... aujourd'hui, il n'est absolument plus comparable à un ordinateur classique.

Cet ordinateur vient d'une autre époque...

Les Amstrad sont-ils tous 100% compatibles ?
Amstrad a vendu de nombreuses références d'ordinateurs dont une majorité de compatibles PC, comme les PC1512. Mais ce site ne fait référence qu'à la gamme CPC car c'est celle qui m'intéresse.

Tout d'abord, on a vu le CPC464, muni d'un laborieux lecteur de cassettes et 64k de mémoire, rapidement complété par un lecteur de disquette en option (DD1) ou intégré dans le CPC664, puis dans le CPC6128 dont la mémoire est doublée, et le système un peu enrichi. On a donc une compatibilité descendante des machines : tout ce qui tourne sur un CPC464 tournera aussi sur un CPC6128 de la même façon. En revanche, ces différences empêchent le CPC464 de faire tourner certains programmes du CPC6128, aujourd'hui devenu la référence sur la gamme CPC utilisée.

Parmi les différences observables et totalement compatibles :

- Clavier AZERTY / QWERTY selon le lieu de vente (bien que cela amène des problèmes de correspondance des touches dans certains jeux).
- Connecteur Centronics ou en bord de carte (même brochage) aussi nommés "edge".
- Marque Amstrad ou Schneider (pour la distribution allemande exclusivement)

Parmi tous ces Amstrad CPC, en poussant loin les possibilités techniques des démos, Longshot (des Logon Systems) a découvert certaines incompatibilités entre ces machines, en fonction des séries. En effet, le processeur vidéo (CRT-Controller) ayant différentes références / distributeurs en fonction des arrivages, il a aussi des propriétés légèrement différentes. On en distingue 4 types (nommés arbitrairement en fonction de leur date de découverte) :

- le CRTC0, très courant
- le CRTC1, très courant aussi, avec certaines techniques avancées supérieures aux autres.
- le CRTC2, moins courant, l'une des techniques avancées ne fonctionne pas dessus.
- le CRTC4, assez rare, techniquement proche du CRTC0

Les demomakers cherchent généralement à faire des démos compatibles avec les CRTC 0, 1 et 4 sur 6128 (128Ko de mémoire), sur écran couleur, reléguant les CPC de 64Ko, les CRTC2 et les écrans monochromes aux côtés des minorités négligeables du CPC, ce qui est injuste selon mon point de vue.

À la fin du CPC, Amstrad (n'ayant plus le droit d'utiliser le nom "CPC" pour des raisons juridiques) a lancé une autre gamme d'ordinateurs compatibles avec les précédents : l'Amstrad 464plus et 6128plus, dont le cuisant échec commercial vient de sa sortie tardive (1990) sur le marché.

Cet ordinateur comporte de nombreuses évolutions techniques (DMA son, sprites, 4096 couleurs, interruptions programmables, entrées analogiques...), au point que la compatibilité avec la gamme CPC est assurée au moyen d'un émulateur. Il est parmi les 8bits les plus performants que l'on connaisse. La vidéo est assez proche des CPC, puisqu'elle utilise un "CRTC3" identique au CRTC4. En revanche, les particularités techniques en font une machine à part entière, incomparable avec le CPC, et l'émulation quoique de bonne qualité révèle vite ses limites sur certains points :

- Bugs PPI corrigés (influence certaines lectures/écritures, ex courant : réactions différentes sur les tests de touche)
- Technologie différente du PPI (les application réseau Virtual Net ne fonctionnent pas)
- Rendu différent des couleurs (c'est aussi un peu le cas sur les CRTC4)
- Absence de speaker interne
- Différences de timings sur l'émulation du Gate Array (video)
- Différences sur certaines interruptions (mode IM2)
- Problèmes de compatibilité des disquettes 3'
- Corrections de certains bugs clavier
- Brochages différents (connecteurs incompatibles)
- Pas de connecteur DIN 5 broches pour les cassettes (exit Amstel à la grande époque et le sampling pourri sur Echosoft !).

Les demomakers sur 464plus sont inexistants à ma connaissance, et ceux sur 6128plus sont rares et peu productifs. C'est probablement lié à la courte existence commerciale de cet ordinateur. Il a cependant tendance à attirer beaucoup de fantasmes impossibles à assouvir sur CPC.

Beaucoup de personnes s'arrangent pour que leurs démos CPC soient compatibles avec cet ordinateur. Pour ma part, je lui réserve le même sort qu'à n'importe quel émulateur : un certain dédain, car il est coupable de ne pas restituer fidèlement mon travail !

Qui sont les utilisateurs de cet Amstrad CPC ?
D'horizons différents, ce sont en tout cas des gens qui acceptent l'inutilité pratique de cette machine. Ils sont complètement libérés de son aspect "utile" au profit de son aspect ludique. Ils joignent le futile à l'agréable.

Il existe des collectionneurs, mais ils ne sont pas spécifiquement intéressés pas l'Amstrad. D'ailleurs, celui-ci n'étant pas rare, même 20 ans après, il n'est pas réellement un objet de convoitise. On en trouve encore sur les puces pour 10€.

Il existe certaines personnes (sans doute la majorité) qui sont purement nostalgiques. Ce sont des personnes qui vont essayer de retrouver des jeux, redécouvrir des logiciels qu'ils ne connaissaient pas à l'époque, ou simplement échanger sur le bon vieux temps. Ces personnes ne cherchent pas forcément à créer quoi que ce soit sur la machine.

Certains sont attirés par l'aspect électronique de la machine. Ils vont la désosser, la modifier, en créer des copies avec des composants actuels (C-One, T-Rex), faire des évolutions en créant des accessoires (MemCard, RamCard, RomBox, Port PCI ou IDE, CPCBooster...), etc.

D'autres sont attirés par le développement de logiciels. Certains sont attirés par le développement d'OS (SymbOS, FutureOS...) ou d'utilitaires (conversions de fichiers, transferts, jeux, la liste est longue). D'autres sont davantage intéressés par le demomaking, sport purement démonstratif des performances individuelles de chacun.

J'ajouterais à ça les curieux. Ce sont des personnes qui ne cherchent pas forcément à se remémorer le passé ou à développer, mais qui aiment bien voir ce qui se fait. Ils se contentent souvent d'émulateurs. Une sorte de public plus ou moins averti qui se repaît du travail des autres. Ils sont parfois très attirés par développer eux-même, mais ne se lancent pas vraiment par manque de temps ou d'intérêt.

Naturellement, chacun se situera à mi-chemin entre tout ça, avec un intérêt plus prononcé en fonction de l'humeur du moment. Pour ma part, je fais partie des demomakers.